L’IMPORTANCE DE LA FORMATION DES ATHLÈTES VUE PAR DEUX CHAMPIONS

Freddy Kemayo, habitué des ring, pratique depuis plus de 25 ans la boxe pieds-poings. Avec près de 110 combats et 48 KO il souhaite désormais transmettre sa passion aux jeunes athlètes de son club.
A ses côtés, Julien Come, compte lui aussi un palmarès important. Médaillé de bronze en 2017 aux Championnats d’Europe et du Monde de kickboxing (WAKO) en K1 Rules et champion de France et d’Europe (ISKA) entame lui aussi sa reconversion.

Freddy Kemayo

Vous êtes deux grands champions reconnus internationalement, quelle a été votre motivation pour vous inscrire aux formations FFKMDA ?
Freddy. – “On peut être un bon athlète mais entraîner et savoir transmettre, cela s’apprend. Un bon athlète n’est pas obligatoirement un bon entraîneur. Les formations proposées par la fédération nous permettent d’être en règle et de prodiguer les bonnes pratiques à nos licenciés. Il y a plusieurs niveaux pour les BMF : le 1, 2 et 3. Chaque formation est plus exigeante que la précédente en termes de connaissances. J’apprends des choses sur la récupération, le déroulé d’un entraînement spécifique au jeune public, …”
Julien. – “L’idée est d’assurer une transition entre mon parcours sportif et professionnel. Je suis toujours en activité mais je pense à l’avenir, à ma reconversion. Le fait de passer des diplômes m’aide à planifier mon après-carrière. Le diplôme fédéral est organisé en trois niveaux. Le BMF1, le BMF2 et le BMF3, c’est le cursus logique. Par la suite, je veux m’orienter vers le BPJEPS pour professionnaliser mon activité dans le domaine des sports de contact. ”

Julien Come 

Qu’en attendez-vous ?
Freddy. – “Ça fait 25 ans que je pratique mais il y a des choses que je ne savais pas. Le sport change constamment, les méthodes de récupération ont évolué, comme par exemple l’importance de mettre l’accent sur l’hydratation avant, pendant et après l’effort.”
Julien. – “On est fort de nos expériences personnelles, mais la formation nous amène de la rigueur et des échanges avec les formateurs ou les stagiaires. Ça nous enrichit, nous tire vers le haut. C’est un plus !”
Freddy. –  “L’accompagnement est solide et les formations complètes. On apprend beaucoup de la part des formateurs (Riad et Cédric) mais aussi de nos camarades. Les formations sont un combo d’expérience, de théorie, d’échanges et de pratique ce qui nous permet d’évoluer. ”

Selon vous, quels sont les points forts de la formation FFKMDA ?
Julien. – “Les formateurs (Riad et Cédric dans mon cas) ont un profil complémentaire. Ils sont beaucoup dans l’échange. Tous les aspects sont abordés. On étudie l’anatomie, la récupération, la planification de l’entraînement ou encore les différents types de blessures. Les cours sont complets et pluriels. Ça m’aide dans mon rôle de coach.”

Quel conseil donneriez-vous aux futurs stagiaires ?
Freddy. – “ Mon conseil aux futurs stagiaires : prendre des notes et écouter. On apprend tous les jours et ces formations en sont un bon exemple.”
Julien. “Même si les cours sont ludiques, les futurs stagiaires ne doivent pas s’arrêter aux formations. Je leur conseillerai d’échanger avec les autres stagiaires car on apprend toujours des expériences des autres, d’être attentif et surtout curieux. Il faut toujours chercher à s’instruire et s’améliorer.
Si on fait ce métier, c’est pour transmettre. ”

Une fois formé, quels sont vos projets ?
Freddy. – “Mon objectif est d’obtenir le BPJEPS afin d’encadrer les jeunes de mon club le mieux possible. Ils ont entre 10 et 17 ans.”
Julien. – “ Comme projet futur, j’aimerai avoir ma propre structure. Continuer à enseigner ce que j’ai appris et expérimenté pendant toute ma carrière sportive et transmettre mes valeurs et celles de mon sport est quelque chose qui me motive.”

Entretiens réalisés par Channelle Ruffe-Urgin lors du stage BMF3 au CDFAS d’Eaubonne le 12 juin 2021


X